Chaque tableau est une figure de nous mêmes, une ligne de nos pensées, un portrait de notre devenir.
 
DES PORTES POUR LE MONDE
Chaque tableau est une figure de nous- mêmes, une ligne de nos pensées, un portrait de notre devenir.

•Pourquoi ce titre, DES PORTES POUR LE MONDE ?

Parce que le tableau est ce qui tombe dans l'époque, qu'il n'en propose que l'illustration et les limites.
•Ici tout est leurre. Comme n'importe quelle expression symbolique, l'œuvre traverse le fantasme, mais c'est justement cette traversée qui en est le sujet principal. L'œuvre s'inscrit alors comme une représentation en miroir, nous envahissant par une complicité inconsciente sur la base de la représentation d'une réalité qui se dénie.
•"Au delà du visible, l'art demeure l'expérience radicale de la réalité, c'est pourquoi il regarde l'invisible, l'infini et l'immaîtrisable". (B L-V)

Il ne s'agit ici nullement de désespoir, la vie abrite trop de rires et de pleurs, trop d'affirmations et de souffrances pour que l'on puisse avoir la légèreté vulgaire de ne pas l'adorer à chaque instant.

Mon propos consiste à mettre en évidence les aspects grotesques des choses, rehaussés de manière surréelle, pour m'orienter vers une vision du monde radicale, sarcastique et insolente. 
C'est l'essence même du Grotesque.
•
On y retrouve l'influence du cinéma expressionniste et du cabaret allemand qui utilise la déformation, l'exagération et l'inversion pour déconstruire la normalité dans des sketchs emprunts d'étrangeté. 

Baudelaire avait raison : le comique n'est qu'une imitation alors que le grotesque est une vraie création ».
  1    2  
Diaporama